Pour ta santé et ton bonheur, pratique l’alimentation consciente.

Avant de commencer à vous parler de mes propres mots, je te partage ci-dessous un poème que j’ai découvert sur le site du « Palais savant » : une Ode à la nourriture.
J’ai trouvé cela tellement mot qu’il me semble que je devrais le lire tous les jours afin de pouvoir intégrer cela en moi petit à petit.

« Je dois vous apprendre à manger, vous ne savez pas comment manger, alors je dois commencer depuis le début. D’accord ? Maintenant s’il-te-plait, assieds-toi calmement et croise tes mains. Joins tes mains en signe de prière et sens que tu vas être béni. Tu vas être béni. Calme toi et vide toi pour recevoir le cadeau du Divin. S’il n’y a pas de vide en toi, rien ne peut rentrer.

Tu es entrain de recevoir le meilleur cadeau de la vie ; c’est ta nourriture, pour ton accélération, pour ta guérison, pour ta pureté. C’est quelque chose pour aujourd’hui, en ce moment, merveilleusement magnifique, plein de bénédictions et de bonheur complet. S’il-te-plait concentre toi. Maintenant, s’il-te-plait, incline toi pour un moment de prière – un tout petit peu, pas beaucoup. Ok, s’il-te-plait ouvre tes yeux et touche tes épaules avec tes mains comme un signe de force. Touche tes genoux comme un signe de force, touche ton cœur comme un signe de compassion, et touche ton front et après s’il-te-plait, mets ta nourriture devant toi comme elle a été servie et mets ta main dessus pour la bénir. Concentre toi et bénis ta propre nourriture, calmement et en silence. Créé une relation avec ton alimentation, ton esprit et ton âme.

Sois calme et silencieux. Il y a du divin en toi – sens le. Sens l’aliment, morceau par morceau; touche le et demande à ce que quand tu deviennes une partie de lui et il devienne une partie de toi, il y ait une union. Tu es entrain d’expérimenter une union ; tu es entrain de vivre une relation. Cet aliment deviendra une partie de toi et tu deviendras une partie de lui.

Maintenant cette nourriture a une identité. Maintenant, c’est entre toi et ton identité. Une fois que c’est lancé, elle peut te donner des ballonnements, de l’indigestion, ça peut créer de la pagaille en toi, ça peut créer du poison chez un Homme. Peut-être que tu ne vas pas le digérer complètement ; ça peut déranger ton colon, ton colon descendant. Peut-être que tu la sentiras si lourdement en toi que tu souhaiteras ne jamais l’avoir mangé dans un premier temps ; par conséquent, créé une amitié, créé de l’amour, crée de la grâce, créé un état d’esprit respectueux. Toi et ton aliment deviendront un. Enlève l’impolitesse « Je vais le manger, je vais l’avaler, je vais l’avoir. » Tu as du temps, tu as de l’espace, tu as de la grâce, tu as du bon et tu bénis ce qui va devenir tien, pour qu’il puisse te rendre service demain.

Maintenant, tu dois la toucher, la regarder et la sentir exactement. Tu dois parler mentalement à ton aliment. Demande lui, «  Que vas-tu me faire ? ». Parle à ta nourriture. C’est très difficile pour toi parce que tu es occidental: tu veux conduire une voiture, parler au téléphone et manger en même temps – et si la voiture avait une chaise percée, tu voudrais aller aux toilettes en même temps. Mais ceci n’est pas la vie. Les animaux ne vivent pas comme ça. Tu es humain: touche le, sens le, parle avec elle et dis lui, “Je t’ai choisi, je t’ai cuisiné, je t’ai amené ici pour devenir une partie de moi ». Créé une relation très gracieuse, une relation d’entente, d’affection et d’amour.

Maintenant s’il-te-plait, avec tes mains, choisis ce que tu vas manger. Chaque morceau doit être touché par les 5 doigts, au moins une portion avec les 5 doigts et envoie toute ton énergie envers les aliments avec tes doigts. Et quelle que soit la portion que tu mets dans ta bouche, que ce soit comme un baiser, puis mâche-la. Ta salive doit devenir une portion du tout – 25% de l’aliment. Mâche-la totalement, librement, avec espace. Tu n’as pas à garder tes lèvres fermées à tout instant. Certains d’entre vous ont l’habitude de mâcher – smack, smack, smack – tu peux faire ça, ce n’est pas mauvais. Mais chaque mouvement doit avoir 25% de salive mélangé avec. Tu as la capacité, qui est la plus nourrissante de toutes, de donner la santé et créer de la jeunesse ; elle est dans ta bouche ! Mâche la et ne l’avale pas, ce n’est pas ce que j’ai dit. Tout ce que j’ai dit c’est de la mâcher, la mélanger, la broyer, quoi que tu veuilles faire, mais continue, ne l’avale pas encore. Ça devrait être totalement gélatineux, sens le avec ta langue et utilise ta langue pour ramener un peu de jus dans l’ensemble.

Maintenant, très doucement, assimile-le. Tu peux l’amener à l’intérieur de la gorge en plusieurs fois, et avec l’aide de ta langue, nettoie ta bouche, autour de tes dents, à l’intérieur, en haut, en bas, tu sais. Nettoie ta bouche une fois pour toutes. N’est-ce pas dommage que je sois entrain d’enseigner à des adultes comment manger ? Mais non, car c’est un kriya (une pratique, une technique) qui garantit santé, jeunesse et force pour toujours. Maintenant, regarde comme ta bouche est propre – qu’il n’y ait rien à l’intérieur. Bien, retourne à ta nourriture à nouveau. Regarde la, regarde ceci, regarde cela, peut être parle à cette personne puis prends une petite portion et très affectueusement, mets la dans ta bouche. Souviens-toi simplement, les cinq doigts doivent la toucher et de la  même façon, mâche-la. Ça semble ridicule n’est-ce pas, mais au final, nous discuterons si nous étions vraiment ridicules avant ou après avoir mangé.

Toute personne qui n’a pas le temps de se nourrir, est malade pour commencer. 

Maintenant, calmement et en silence, dans cette démarche, s’il-te-plait mange.  Chaque fois que tu dois le répéter ; tu dois créer une relation hypnotique avec cet aliment aujourd’hui. Il va devenir une partie de toi, tu vas être une partie de lui. Chaque fois, ta bouche devrait être totalement propre et absolument vide avant que tu ingères une seconde bouchée et que tu la mâches. Tu dois tout voir et tout goûter. La nourriture dans ta bouche ne peut pas aller dans ta gorge et ton estomac avant qu’elle ne soit tendre à ton palais.

Ce que j’essaye de te faire expérimenter, c’est la nourriture, que nous engloutissons généralement en 15 minutes. Mais si tu procèdes et mange de cette façon, méthodiquement, elle deviendra ton meilleure ami, ta meilleure force et ton meilleur toi. Ton système nerveux au complet bouge quand ta bouche et ta langue bougent ensemble. Je veux que tu le sentes, je veux que tu la comprennes. Je sais, nous devrions juste l’avaler et aller au cinéma, n’est-ce pas ? Tu avales des choses, mais tu ne les manges pas.  Quand tu avales les choses, elles avalent ta force, ta vie, après il ne reste rien de toi.

Manger lentement, est la plus grande des méditations sur Terre. Tu as deux choses pour toi : ta nourriture et ton énergie. Tu vas bénir chaque muscle, chaque morceau de ta nourriture, chaque soupçon qui la compose. »

Yogi Bhajan, Nouveau Mexique, le 13 Août 1992


La nourriture peut-être un sujet qui prend beaucoup de place dans nos vies. Et puis, finalement, notre journée est régulée pour la plupart d’entre nous par ce que nous mangeons. Essayez de jeûner une semaine pour voir, et vous verrez que vous serez désorienté les premiers jours, ne sachant pas quoi faire pour passer le temps. Passé cette période, vous jouirez entièrement de tout le temps que vous avez (et de l’énergie, si vous le faites assez longtemps pour vous rendre compte des effets !)

Quand j’étais petite, j’étais allé quelques fois manger dans des restaurants gastronomiques et, honnêtement , je trouvais cela plutôt débile de manger d’aussi petites quantités à un tel prix.
Et puis en y repensant, je me suis dit qu’il y avait une certaine intelligence et une beauté dans cet art : Profiter de bons produits frais, les déguster et, faire attention à ce que chaque bouchée soit un régal. C’est en effet comme cela que je conçois la nourriture consciente. Quelque chose dont on devrait parler aux petits dans les écoles !

J’imagine qu’à un certain âge, au début de l’adolescence je pratiquais la nourriture consciente sans en être consciente (donc pas vraiment), car je mangeais très peu mais juste assez pour ne plus avoir faim. Et en y repensant je ne m’étais jamais senti aussi légère qu’à cette période !

« Mais si je mange juste assez pour ne plus avoir faim, je ne vais pas tenir la journée ! »

Je l’ai entendu plusieurs fois cette phrase tout à fait normale à entendre, car effectivement, c’est une question à se poser, si par exemple nous travaillons ce jour là ou que nous devons beaucoup marcher, quelle quantité devrions nous donc manger ?
Il faut savoir déjà que le corps ne ment jamais. Notre mental peut nous raconter un tas d’histoires et d’excuses mais le corps sait. Quand on se tait et qu’on l’écoute sans jugement, nous savons ce qui est bon pour nous.
Lorsque je mangeais peu, je sortais de table sans me demander à quelle heure je pourrais avoir faim. Parfois deux heures après une petite faim arrivait mais elle repartait jusqu’au prochain repas. Et naturellement, le corps est fait pour résister aux périodes de « manque », bien plus qu’à ces moments où nous nous « remplissons ».
Il est agréable parfois de se sentir un peu lourd, on appelle cela « la douce torpeur » (un joli mot pour dire que tu fatigues ton système digestif). C’est rassurant car alors on sait qu’on ne va pas manquer. C’était peut-être pas mal lorsque les Hommes chassaient et qu’ils ne savaient pas quand ils allaient attraper quelque chose à se mettre sous la dent mais, aujourd’hui, il y a de la nourriture absolument partout !

Sentir les aliments, pourquoi pas les bénir, les regarder, se calmer avant de manger… Attention cependant ça pourrait en décevoir certains car lorsque je le fais bien (à ma façon), je mange beaaaaucoup moins que ce que j’aurais imaginé. Il m’est alors impossible de finir le plat sauf si bien sûr je ne m’écoute pas.
Nous savons naturellement quand nous arrêter mais nous le faisons rarement pour « ne pas faire de gâchis » ou tout simplement parce que nous en avons envie.

Et évidemment, cette méthode est superbe pour ceux qui enchainent les régimes depuis un moment car en plus de ne pas se priver on peut se faire plaisir mais tout en faisant attention à la quantité (c’était le principe de weight watchers mais qui cependant ne fait pas attention aux combinaisons alimentaires).

Ceci est un citron+d’autres citrons

Et toi, comment tu Miam ?

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager et en parler autour de toi. Qui sait ? Peut être que quelqu’un a besoin de l’entendre ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s